Les enjeux de la fin de vie dans le domaine de la santé. Regards partagés entre politique, médecine, droit et éthique

Sous la direction de Nadia Belrhomari, Bénédicte Bévière-Boyer, cet ouvrage est publié chez LEH Edition (septembre 2015)

Les enjeux de la fin de vie dans le domaine de la santé. Regards partagés entre politique, médecine, droit et éthique

Le développement intense des biotechniques et la mise au point de médicaments de plus en plus performants ont eu pour effet premier d’allonger la longévité des êtres humains. Si l’instant de la mort s’en trouve d’autant repoussé, la période de « fin de vie » proprement dite, celle du grand âge, s’allonge aussi. Les maladies, qui y sont associées, souvent conjuguées les unes avec les autres, impactent plus ou moins fortement la qualité de vie. La perspective de ces épreuves peut alors faire naître le souhait d’en finir avec une vie jugée inutile.

Médecine hyper-technicisée apte à maintenir la vie artificiellement, allongement de la période du grand âge avec son lot de solitude et d’épreuves liées à l’affaiblissement du corps sont autant de facteurs qui convergent aujourd’hui vers une demande euthanasique de plus en plus forte. La société peut-elle y répondre favorablement ? Dans l’affirmative, quel impact sur le principe de dignité de la personne humaine ? Comment adapter le droit et la politique de santé publique à l’aune de l’hyper-développement des biotechnologies ?

C’est pour répondre à ces questions que Nadia Belrhomari et Bénédicte Bévière-Boyer ont souhaité réunir des juristes, médecins, patients, scientifiques, économistes, anthropologues, philosophes et parlementaires dans une approche à la fois transversale, pluridisciplinaire et internationale en donnant notamment la parole à des intervenants suisses et belges de haut niveau.