Protéger les majeurs vulnérables : Quels nouveaux droits pour les personnes en fin de vie ?

Karine Lefeuvre, Professeure à l’EHESP, membre du laboratoire IODE et Valérie Depadt, Maître de conférences HDR à la faculté de droit, sciences politiques et sociales de l’université Paris 13, viennent de publier aux Presses de l’EHESP un troisième volume consacré à la problématique des personnes vulnérables.

 Protéger les majeurs vulnérables : Quels nouveaux droits pour les personnes en fin de vie ?

Depuis la loi de 2005, relative aux droits des malades et à la fin de vie, la loi Claeys-Leonetti du 2 février 2016 est venue renforcer les droits des patients, en proposant de nouvelles dispositions qui témoignent de la complexité de ce sujet sensible.

Mais quels sont les apports réels de cette loi ? Dans quelle mesure a-t-elle renforcé le respect de la volonté des personnes en fin de vie, créé un droit à la sédation et consolidé les mesures anticipatives ? Après deux ouvrages consacrés à la place des familles et à l’intérêt de la personne protégée, ce nouveau volume vise ici à explorer la loi dans toutes ses dimensions: politique et sociétale, éthique et philosophique, juridique et internationale. À l’appui des regards et témoignages croisés d’experts, professionnels de la santé et du social, associations d’usagers et chercheurs, il invite ainsi à une analyse éclairée et pluridisciplinaire sur la question sociétale et individuelle de la fin de vie.

Suite à Protéger les majeurs vulnérables: quelle place pour les familles dans la protection juridique des majeurs? et Protéger les majeurs vulnérables (vol. 2) – L’intérêt de la personne protégée ce 3e volume vient enrichir la problématique de l’intérêt des personnes vulnérables.