Recherches transversales sur le numérique

Au sein du laboratoire IODE, n'existe pas pour l'instant d'axe thématique consacré au numérique. Mais des recherches transversales relatives à cet objet sont menées au sein de cette unité.

Recherches transversales sur le numérique

Orientations scientifiques et projets en cours

Deux orientations scientifiques fortes sont désormais explicitement définies pour les années à venir qui vont mobiliser des membres du laboratoire relevant, à titre principal, de différents axes.
 

Le développement de recherches aux interfaces du droit, des sciences informatiques et électroniques et de la sociologie
                                 
Au plan collectif, ces recherches pluridisciplinaires ont émergé dans le cadre du contrat de recherche sur « Le droit à l’oubli » (dir. Maryline Boizard - IODE) financé par la Mission Recherche Droit et Justice (2012-2015). Ce contrat a donné lieu à un rapport (février 2015, 218 p.) et à un colloque « Le droit à l’oubli numérique : enjeux et perspectives » (Rennes, mars 2015).

Ces recherches collectives, mobilisant plusieurs membres de IODE, se poursuivent désormais principalement dans le cadre d’un projet intitulé PROFILE « Analyse et atténuation des risques lié au profilage en ligne : construction d'une approche globale à l'intersection du droit, de l'informatique et de la sociologie » (2016-2019), co-porté par Maryline Boizard (IODE) et Benoît Baudry (IRISA UMR INRIA 6074). Ce projet a été sélectionné par un jury international et bénéficie du financement du Labex CominLabs (dispositif financé au titre des programmes d'investissement d'avenir). Il associe 16 chercheurs en droit (membres de l'IODE), informatique et sociologie. Son objectif est d’identifier et d’analyser les comportements des usagers des TIC ainsi que les pratiques de profilage et leur impact sur les libertés et les droits fondamentaux des individus dans le but de dégager des solutions juridiques et informatiques propres à limiter les atteintes susceptibles d’être portées aux droits des individus. Outre IODE,  les laboratoires partenaires sont l'IRISA/INRIA Rennes (équipes ASAP et DiverSE), l'IRISA (UMR 6074 – équipe Druid) et PREFics (EA Rennes 2).

Dans le cadre de ce projet, deux thèses sont financées, l’une en informatique, l’autre en droit sur le thème Le consentement à l’utilisation des données personnelles : principes juridiques et effectivité technologique (co-dir. Maryline Boizard et Benoît Baudry) réalisé par Erwann Picart. En lien avec ce projet et faisant l’objet d’une autre source de financement, une seconde thèse est en cours de réalisation par Margaux Redon sur le thème Objets connectés, prévention et assurance santé (dir. Marion Del Sol).

L’expertise sur les questionnements juridiques liés au cyber espace, tout particulièrement dans le domaine de la cyber sécurité

 
Dans ce champ de recherche, une partie de l’activité de IODE s’inscrit dans le cadre du Pôle d’Excellence Cyber (PEC), le laboratoire étant membre du club « Recherche » de ce pôle (seul laboratoire SHS présent). Ce pôle, implanté en Bretagne, a une portée nationale et un objectif de rayonnement international. Un de ses objectifs est de stimuler la recherche, la formation et l’innovation en s’appuyant sur un tissu académique et industriel dense et de favoriser le développement de la filière industrielle cyber sécurité.
 
Par ailleurs, un groupe de travail associant des membres de IODE – rattachés à l’axe Responsabilité et sécurité – et du Pôle Action Globale et Forces Terrestres du Centre de recherche des Écoles de Saint-Cyr Coëtquidan a été initié et déploie son activité dans le cadre d'un programme de recherche baptisé Cyber.Juris, programme co-dirigé par Maryline Boizard (IODE) et Didier Danet (CREC St Cyr).
 
En interaction avec les approches sociologique et informatique, ces recherches s’intéressent aux problématiques juridiques et sociétales liées à la cyber sécurité, notamment sur les processus d’anticipation de la décision et les opérations d’influence mais également sur la problématique de la confiance dans le cyber espace (sécurisation des données, consentement à l'utilisation des données personnelles, assurance des activités et des biens). La démarche scientifique part du constat que, dans le cadre du cyberespace, les organisations doivent construire des réponses nouvelles tant en matière d'anticipation, de prise de décision que d'action. L'objectif des chercheurs du projet Cyber.Juris est de constituer un large corpus de connaissances issues des sciences humaines et sociales dont la mobilisation est nécessaire aux acteurs (notamment les entreprises) pour agir en sécurité dans l'environnement cybernétique.
 
On peut noter la thèse en cours de réalisation de Jean-Nicolas Robin portant sur Les mesures pénales en matière de cyber sécurité (co-dir. Claudia Ghica-Lemarchand, IODE et Ronan Doaré, CREC St Cyr).